Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au bonheur de lire
  • Au bonheur de lire
  • : Blog de l'association Loi 1901 à but culturel "écume.doc" à Soulac-sur-mer (33780)
  • Contact

Fête du livre 2014

19 & 20 avril

Recherche


 

Archives

Prenez votre temps

23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 18:56

Le vestibule des causes perdues

Quand elle a reçu le manuscrit de Manon Moreau et qu'elle a commencé à le lire, Delphine Montalant ne l'a plus lâché jusqu'au bout et a décidé de l'éditer sans tarder ! Aujourd'hui c'est un ouvrage de près de 400 pages qui se dévore avec application, comme les pélerins de Saint Jacques de Compostelle dévorent avec lenteur et constance les longs chemins, métaphores de leurs blessures, de leurs larmes, de leur immense espérance...

Le vestibule des causes perdues n'est pas un énième guide à l'usage des pélerins et des randonneurs. C'est un vrai roman dans le décor des chemins qui, depuis le moyen âge, suivant la  voie lactée, se rejoignent, des quatre coins de l'Europe, et se mêlent pour parvenir à Saint Jacques, à l'extrême ouest de l'Espagne. C'est un vrai roman avec des personnages attachants qui  nous amusent, nous séduisent, nous énervent parfois, nous émeuvent toujours...

Ce livre est construit avec une grande intelligence, un art subtil de distiller les réponses aux questions avides du lecteur. Celui-ci veut en savoir toujours plus sur les histoires qui s'entrecroisent et leurs perspectives. Mais la narratrice, avec une infinie douceur, fait durer les attentes, distrait par des bifurcations inattendues, des petits événements qui prennent des airs presque grandioses, et puis, au coin des phrases des éclats de rire lumineux.

Nul doute que le lecteur qui a l'expérience du pélerinage retrouvera au fil des pages de nombreux souvenirs ; il reconnaîtra tous les personnages, car il les a évidemment rencontrés. Mais tout un chacun  y trouvera aussi un exemple de société en paix, une Tour de Babel où la diversité des langages est cependant intelligible. Parce qu'on y trouve toutes les amours du monde. Celles des parents, des amis, des amants ; l'amour de l'Histoire, de la musique, de la littérature, du cinéma. A chaque page on est devant la beauté de la terre et de l'eau : hauts plateaux de l'Aubrac et des grands causses, forêts profondes, montagnes Pyrénées, désert de la Meseta, et au bout l'immensité de l'Atlantique où tout s'achève... et où tout recommence, la vie d'abord et nos amours.

Partager cet article

Repost 0
Published by bonheurdelire - dans Actualité du livre
commenter cet article

commentaires